Archive pour la catégorie ‘ Malicieux ’

De psychorigidité et de couches pleines

PsychorigideAttitude mentale qui consiste en une incapacité à juger objectivement d’une situation et à se mettre à la place d’autrui. Le caractère manque de souplesse, l’autocritique est absente, en revanche l’autoritarisme et la méfiance sont très actifs.
- Définition

Y’a rien de pire qu’une tête de cochon!
- Gilles Proulx, 4 Juillet 2008

Le congé de paternité n’amène pas que de jolis moments. En effet, même s’il permet de tisser des liens avec bébé et prendre soin de la maman, il engendre malheureusement de grandes épreuves… comme celle de renouer avec la radio de jour.

De Gilles Proulx, je ne connaissais que la réputation. Je l’avais déjà vu et entendu en entrevue quelques fois; son attitude et ses idées étaient déjà à l’opposé des miennes. Mais je passais simplement ma route sans m’y attarder. C’est une chance d’ailleurs, car j’en suis aujourd’hui convaincu: c’est bel et bien l’attardement qui me guettait.

En ayant récemment la malchance d’écouter la radio (le plus souvent lors de trajets en voiture) à des heures où normalement je travaille, les affres de Gilles Proulx me sont finalement arrivées en pleine gueule.

Pire qu’un nourrisson qui régurgite. Et croyez-moi, j’en connais un rayon mantenant.
Lire la suite…

La démesure des grands excès

Un après-midi ensoleillé, un 17 degrés à l’extérieur, un jeune homme (futur père de surcroit) en voiture qui s’en va faire une petite commission.

Au 2e coin de rue, un traînard devant lui roule à 30 km/h. D’accord, la zone en question est précisément de 30 km/h. C’est un chiffre coquet 30, mais avez-vous déjà essayé de rouler à 30 km/h? Je veux dire vraiment, en voiture, pas dans kart de golf ou en VTT sur terre battue…

Personnellement je vois deux raisons possibles pour rouler à 30 km/h: être en panne d’essence ou promener son poodle avec la portière ouverte. Mais c’est un autre débat…

Bref pour l’instant, il ne pense pas vraiment à ça et il effectue un dépassement pour se débarrasser du mollasson. Après tout, la vie est si courte pour se la faire chier à 30 km/h. Non!?

Au prochain feu de circulation, un policier au dossard jaune le pointe. Mauvais dépassement, au mauvais moment. Ça y est! Première contravention à vie, excepté un ou deux tickets de stationnements bénins.

Lire la suite…

La minute Pavlov

Cornet à la crème

Vooiiilà.

Est-ce que je vous fais saliver?

Prise de conscience

L’homme sage se rend compte qu’il est grand temps de surveiller son poids lorsque sa blonde enceinte commence à porter ses chandails… qui ne lui font plus à lui-même.

:(

4:04 Sleep Not Found

Déformation professionnelle oblige, ça me fait toujours un peu marrer quand je me réveille trop tôt le matin -tiré du sommeil par quelque vilaine insomnie aléatoire- et que le cadran indique… 4:04. Cela marque définitivement une erreur de cycle de sommeil!

Si seulement je pouvais faire un rechargement instantanné à la F5 dans ces cas-là! ;-)

L’effet TLMEP sur l’Habitant

Qu’est-ce que l’effet TLMEP? C’est une vague subite d’intérêt qui survient après une entrevue à l’émission Tout le monde en parle. Il semble que l’effet se fasse sentir souvent chez les libraires ou les disquaires après qu’un auteur ou un compositeur/interprète passe à l’émission.

Pour la première fois (et sûrement la dernière) sur ce blogue, l’effet s’est fait sentir.

Hier soir, la famille Dion était invitée à promouvoir son spectacle des Fêtes au Casino. Ils ont interprété la pièce Il était une fois des gens heureux, dont j’avais fait le sujet de ce billet-ci il y a pourtant presque 17 mois!

À partir de 21h50 et jusqu’à 23h26, les seuls mots-clés utilisés pour se rendre sur ce blogue furent le titre de cette chanson, pour un total de 44 visites en cette seule période. Cela correspond à plus du double des visites « normales » pour le total d’une journée complète typique…

L’effet s’est poursuivi toute la journée du lendemain (aujourd’hui) pour accumuler une vingtaine d’autres requêtes additionnelles avec ce titre de chanson, et porter les visiteurs de l’effet TLMEP à 65. À l’heure d’écrire ce billet, des requêtes entrent encore sur le sujet, près de 24h après l’émission.

38 millions

C’est le prochain gros lot du 6/49.

Pour ma part, si j’aurais à  gagner un tel montant:

  1. J’achèterais une Loi pour que les SI soient obligés d’aimer les RAIS, pour m’enlever une faute dans ma phrase précédente (et aussi parce que ça suffit les chicanes)
  2. Je me procurerais des sous-vêtements propres (enfin!)
  3. Je vous enverrais probablement tous promener (faut être honnête)
  4. J’achèterais l’intersection St-Laurent et Ste-Catherine à  Montréal pour en faire un genre de Loft privé à  ciel ouvert, sans droit de passage, pour vous emmerder un peu plus concrètement (ça enfle la tête, devenir riche)
  5. J’achèterais L’ïle de Pâques, et probablement aussi une cornemuse avec l’argent qui resterait.

Ensuite j’irais me coucher, ou un truc du genre.

63 jours de cheveux qui poussent!

Tout raser pour mieux grandir

Tonte de cheveux

Ça y est, j’ai rasé tout ça! Depuis mon voyage en Europe, fin août dernier, je n’avais pas coupé mes cheveux. Normalement, j’aurais dû les couper une ou deux semaines après mon retour, mais j’avais laissé pousser, me disant stupidement qu’une partie de l’Europe me suivait sur la pointe de mes cheveux. Ouep, je suis nostalgique…

Adorateur de cheveux longs (chez les filles) j’avais ensuite convaincu une collègue au bureau de ne pas toucher à  ses cheveux non plus, et je ferais pareil. C’était un sacrilège de la voir garder courts des cheveux d’un noir de jais avec autant de potentiel, je m’étais donc sacrifié encore un peu plus pour l’embellir. Ouep, je suis généreux…

La date limite pour recouvrir notre « liberté capillaire » était la mi-janvier. J’aurais espéré qu’elle persiste, voyant l’avantage évident d’avoir de longs cheveux, mais à  mon grand désarroi elle s’était prise un rendez-vous chez le coiffeur.

Lire la suite…

Bienvenue dans ma grange!

EDIT: Ce blogue se nommait autrefois L’Habitant de Saint-Lin.


Un peu plus de six mois après le lancement de ce blogue, je dois réajuster mon tir quant à sa nature propre. En effet, la ligne directrice autrefois tracée n’est plus exactement la même. Tel un Frankenstein, le blogue a pris vie de lui-même et s’est approprié une personnalité propre, que je tente malgré tout de manipuler mais dont les ficelles lâchent une à une… Tiens, parlant de Frankenstein…

- – - – -

Approchez, approchez!

Vous êtes voyeur? Vous aimez les trucs étranges? Le Cirque du Rire Jaune et du Jugement Sépia s’ouvre à vous. Les chapiteaux de l’homme-tronc et celui de la femme-à-barbe sont fermés? Il reste la grange de l’habitant de Saint-Lin, la tête d’où les gens sortent avec des hauts-le-coeur et autres rictus incrédules. L’entrée est gratuite -juste derrière les sourcils joints- sauf pour ceux dont le temps, c’est de l’argent, et qui devront déposer 2 ou 3 minutes à l’entrée.

Bien qu’étant montréalais de facto, le port des bottes de pluie et de la veste à carreaux est recommandée avant de se risquer dans les labours de ses pensées, car les mouches noires et la boue abondent dans cet esprit reculé. L’impressionnant voyage dans le temps risque de vous donner quelques rides et des cheveux gris.

Exhibitionniste de l’esprit vieux-jeu et des moeurs rétrogrades, ce prestidigitateur fait revivre sous vos yeux des valeurs que vous croyiez mortes! Charcutier de la conduite superficielle, il dissèque sous vos yeux de beaux gros morceaux de futilité avant de les faire griller à petit feu. Trapéziste de la montée de lait, il suffit de lui donner un élan suffisant et il atteindra des sommets inimaginables sans craindre la chute.

Quand il sort parfois de sa grange d’ermite, c’est en observateur silencieux et en spectateur perspicace qu’il examine le monde et les gens qui l’entourent. Les portraits qu’il dépeindra ensuite sous vos yeux auront assurément des couleurs inattendues et des angles inusités.

La seule discipline dans laquelle il a échoué est le contorsionnisme, enfermé dans le carcan de sa morale depuis des décénnies, sans espoir d’en sortir.

Qu’est-ce que vous attendez? Approchez!

Welcome to my freak show…


EDIT: Ce blogue se nommait autrefois L’Habitant de Saint-Lin.

À l’aide!

Le frère de l’ami d’un cousin (ahem) traverse une intense période de crise de cheveux qui poussent. Il m’appelle parfois en plein milieu de la nuit pour se plaindre de ses cheveux raides et épais qui n’obéissent à  aucune loi de la physique: gravité, gel, cire… rien n’y fait. Qu’il me dit en tout cas.

Ça pousse!

Habitué de se raser le coco très très court depuis plusieurs années, il doit réapprendre à  apprivoiser sa chevelure et se sent abandonné dans le processus. Voici un aperçu de la catastrophe, au sortir de la douche. Que le frère de l’ami d’un cousin m’a fait parvenir, évidemment.

Ça pousse même de profil!

P.S.: le frère de l’ami d’un cousin fait aussi dire qu’il a l’habitude de porter une chaude tuque de style péruvienne l’hiver, et que sentant le froid arriver, il craint les effets du port de cette tuque sur sa tignasse rebelle.

Je lis comme je parle

C’est plus fort que moi. Je dis tout ce que je lis. Dans ma tête évidemment, sinon j’aurais l’air encore plus stupide que je le suis déjà .

Il m’est psychologiquement impossible de lire les mots plus rapidement qu’à  la vitesse dont ils glissent entre mes dents. J’entends littéralement dans ma tête chaque mot que je lis. Au point où je ne comprends pas comment certaines personnes peuvent faire autrement. Les mots ont pour moi une sonorité propre, indissociable des lettres qui le composent.

J’ai déjà  tenté de lire les mots, les déchiffrer mécaniquement. C’est faisable, je peux aller plus rapidement. Mais je ne retiens absolument rien de ce que je viens de lire!

« Ah, puis après » que vous vous dites, n’est-ce pas? Vous vous demandez à  quoi je veux en venir, pourquoi je me plains de la sorte devant vous, beuglant ma douleur de lire tel une truie en pleine mise bas?

Eh bien pour commencer, vous pourriez envoyer vos dons pour des fins de recherches scientifiques. C’est une cause importante, je pense. Sensibilisez-vous.